Femmes

06 Jeunes Femmes Inspirantes à découvrir

2.73Kviews

Elles sont jeunes et talentueuses, elles ont de la passion pour leurs activités. A l’occasion de la Journée Internationale des droits des femmes, LOBA Mag a listé 06 jeunes femmes qui ont le mérite d’être compté dans le cercle des jeunes réussites féminines.

Laeticia Ky

Laetitia Ky est une artiste ivoirienne féministe qui réalise des sculptures à partir de ses cheveux tressés. Elle est suivie par plus de 270.000 personnes sur Instagram, Laetitia Ky incarne à 25 ans une nouvelle forme de militantisme intersectionnel sur le web.  Elle fait partie en 2018 des vingt jeunes les plus prometteurs distingués par le classement On The Rise Côte d’Ivoire. Elle reçoit la même année l’un des trois prix Jeunesse Francophone 35.35 de la catégorie Blog, influence digitale et innovation media. Elle fait partie des 100 nouveaux talents à suivre en 2019 d’après le magazine Paper. Fin 2019, elle remporte la première édition de la catégorie Création Digitale du concours Edite Model Look, organisée en partenariat avec l’application TikTok.

Laure (TAAM VLOG)

Hey moninga ” vous connaissez ?

C’est à cela qu’on reconnait Laure ou plutôt TAAM, elle est Infographiste 3D, Storyteller et passionnée d’audiovisuel. Au travers de ses réseaux plus précisément sur sa chaîne Youtube TAAM VLOG, elle fait la promotion de l’image ainsi que la beauté de son pays le Congo. Aujourd’hui 3 ans qu’elle fait découvrir un certain art de vivre à la congolaise et elle a passé la barre des 5000 abonnés. Sa force : son authenticité et son amour pour le Congo.

Laure dit : ” Dans tous les pays, il y a du bon et du mauvais. Le problème avec l’Afrique c’est que très souvent les informations les plus médiatisées sont les mauvaises, ce qui n’aide pas. Toute cette mauvaise publicité sur le CONGO repousse les gens car personne n’a envie d’allé dans un pays qu’il trouve nul. En proposant quelque chose de nouveau j’ai réussi à montrer ce que personne ne montre, et cela redonne une certaine fierté d’être CONGOLAIS. Le Congo c’est fun, il fait bon vivre et il y a plein de choses à découvrir mais surtout il y a plein d’opportunités d’affaires, il suffit de regarder de plus près.”

Meya Ndiaye

Fondatrice de « Meya Boutique », elle se fait à force de détermination et de talent une place importante dans l’univers de la mode sénégalaise. Âgée de 29 ans, Meya Ndiaye est une jeune entrepreneure qui a choisi de faire de sa passion pour la mode une activité à part entière. Désireuse de se consacrer uniquement à sa passion, elle prend ensuite la lourde décision de démissionner pour travailler à son propre compte. Elle se lança ainsi officiellement dans le monde difficile mais tellement passionnant de l’entrepreneuriat. Elle trouve sa source d’inspiration dans la diversité et la beauté de la femme sous toutes ses coutures. Ses modèles très appréciés sont conçus pour s’adapter à toutes les femmes peu importe leur taille, leur âge ou leur origine.

Mariusca Moukengué

Mariusca Moukengué est une jeune congolaise, slameuse depuis 4 ans en prenant la résolution de se laisser épouser par cet art . Slamille, slamunité, slaminité girls, slamothérapie sont les thèmes parmi tant d’autres crée par Mariusca. Elle n’est pas qu’excellente slameuse, elle a écrit aussi une pièce de théâtre. Cependant, quand on lui pose la question sur son art de prédilection, elle ne se détermine pas. « Ce sera très difficile de dire spécialement quel est l’art dans lequel je me sens plus à l’aise. Les gens pensent que je suis plus dans le slam, non. Je m’efforce à créer l’équilibre entre ces activités. Au début, j’ai commencé avec l’écriture tout court. J’écrivais juste pour me défouler, parce que l’écriture pour moi était une thérapie. Et après, mon professeur de français en classe de seconde m’a inscrite au concours de rencontre des livres vivants (Reliv). J’ai été primée et c’est de là qu’est partie ma volonté de chercher à apprendre quelque chose dans l’art. », explique Maruisca Moukengue.

Au-delà de tout, Mariusca œuvre pour la transmission du savoir à travers le slam. Son projet panafricain « Slamunité » consiste à réunir de jeunes africains autour du slam par des formations, rencontres et spectacles.

Précieuse Nadie SEMANOU

La jeune béninoise est diplômée en relations internationales, elle est une Entrepreneure sociale déterminée à ouvrir les consciences. Alumna de YALI Dakar, du programme Mandela Washington Fellowship du Gouvernement américain, TEDx Speaker, Productrice et Présentatrice Télé, la Précieuse béninoise est en effet la Fondatrice du mouvement civique OPEN CONSCIENCE qui s’est donné pour mission de militer pour l’autonomisation des jeunes, la promotion des créatifs Africains, la liberté d’expression et l’épanouissement des couches vulnérables. Dans l’objectif précis de matérialiser le rêve africain, Précieuse Nadie SEMANOU, redoutable chasseuse de têtes bien faites, ne s’est pas privée de constituer une équipe minutieusement sélective. Elle s’est assurée de travailler avec des personnes qui partagent au moins trois choses avec elle : ses valeurs, sa vision, son rêve. Pour accomplir sa mission, l’équipe a matérialisé et réalise des projets comme :

Les actions sociales (exemple : Noël pour les enfants d’un arrondissement de Porto-novo, collecte de fonds pour soutenir un béninois de moins de 25 ans victime d’un AVC), les conférences « Moi, Leader! » dont le but est de connecter les jeunes à leurs modèles de réussite ou idoles. La culture de notre environnement enseigne souvent aux jeunes que leurs rêves resteront rêves qu’importe leurs efforts. « Moi, Leader! » veille à ce que ces rêves ne se noient plus dans l’incertitude avec leurs porteurs, Le « Créatives Meetup » qui est un rendez-vous de Créatifs Africains pour du networking et pour intéresser d’autres jeunes à l’art… Pour finir, elle dit qu’il n’y a aucun mal à valoriser ce qui vient d’ailleurs, par contre il n’y a aucun mérite à dévaloriser ce qui vient de chez soi. Elle affirme que parfois, il suffit juste de regarder une chose avec l’envie d’y voir du bien pour réaliser qu’on a eu tort tout le temps.

Grâce D’abo

Juriste de profession, Grâce agé de 27 ans est la fondatrice d’AfroGrace une entreprise individuelle, ayant pour vocation premièrement la valorisation des attributs africains et de ses produits, et deuxièmement le soin du cheveu à travers une gamme naturels aux emballages recyclables. La raison principale de la création de son Entreprise a été lors de son retour en 2014 au Congo sa partie mère avec sa tignasse pendant les vacances. Les commentaires n’ont pas cessé de fuser. Elle a ainsi déployer son idée à savoir la fabrication des produits capillaires avec du beurre et des huiles végétales que l’on trouve en Afrique. Pour elle le plus important est d’avoir le courage de suivre son coeur et son intuition. Elle encourage chaque porteur de vision a accepté de prendre des risques.

Leave a Response

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.