Sport

Sport : Romaric Belemene parle de son intégration en Espagne

414views

Des terrains de Brazzaville à l’Espagne Romaric Belemene (RB) basketteur professionnel congolais nous parle de son parcours, de son intégration en Espagne, et de ses projets.

 

➡️ Bonjour Romaric Belemene, comment as-tu passé le confinement ?

RB: Bien, j’ai dû rester dans la ville de Mellila où se trouve mon club vu que notre entraineur ne nous avait pas permis de voyager, du coup j’ai passé mon confinement tout seul. Mais grâce à internet je me suis à peine senti seul puisque je passais mon temps au téléphone avec ma famille, amis, et à faire quelques exercices.

➡️ Comment es-tu arrivé à ce sport ?

RB: Je suis un passionné de sport et depuis mon jeune âge je pratiquais pas mal de sports avec mes amis du quartier. J’ai fini dans le basketball, et avec ma taille  tout le monde me disait j’aurais plus de chance dans ce secteur.

 

➡️ Quel est ton parcours de basketteur ?

RB: Depuis mon arrivé en Espagne, je suis passé dans 5 clubs différents. J’ai commencé au Centre de formation de Unicaja Málaga en cadet et junior, après j’ai joué dans une équipe filiale de ce même club en D2 et D3. J’ai été prêté dans un club de première division au nom de Manresa, après je suis allé à Oviedo CB club de  D2, et CB Breogan Club de D1.Actuellement j’évolue à CB Melilla club de D2 dans la ville de Mellila.

➡️ Dis-nous, qu’est ce qui t’a plu dans le basket ?

RB: Ce qui me plaît dans ce sport, c’est la combativité, la collaboration, le charisme des grands joueurs de la NBA et bien sûr le dépassement de soi. C’est un sport très physique donc il ne faut pas manquer de lucidité.

 

➡️ Comment t’es-tu adapté à la vie espagnol ?

RB: Au début ce n’était pas facile, je ne parlais pas la langue, il fallait que je puisse m’habituer à leur éthique de travail, on s’entrainait tous les jours pendant plusieurs heures et en plus de cela fallait partir à l’école. Mais avec l’aide de mes tuteurs, de mon agent, et de la famille d’accueil, j’ai pu m’en sortir.

 

➡️ Tes meilleurs souvenirs ? Et penses-tu un jour intégrer la NBA ?

RB: Lors de ma première année en Espagne j’étais champion d’Espagne des sélections avec ma région Andalusia (c’est un tournoi inter-régional). Et aussi mon premier match en Première division avec Malaga. Je travaille d’arrache-pied pour faire de mon rêve une réalité et par la grâce de Dieu j’y arriverais.

 

➡️ Quel est le but et les actions de l’association Bana ekolo que tu as créé avec deux autres compatriotes Viny Okouo et Cédric Belemene ?

RB: Bana Ekolo a été crée dans le but d’apporter notre participation dans le développement de notre pays. C’est aussi une manière pour nous d’aider et de payer notre tribut au pays et à tous ceux qui ont participé à notre réussite. Avec Bana Ekolo nous allons apporter notre soutien à la Fédération Congolaise de basketball pour le développement de cette discipline sportive au Congo.

 

➡️ Que penses-tu du sport congolais ?

RB: Le Congo est un pays remplit de talent, nous avons beaucoup de potentiel, il nous faut juste les exploiter un peu plus et nous verrons des grands joueurs sortir de partout.

 

 

J’ai quitté le pays dans le but d’intégrer un jour la NBA, c’est le rêve ultime des joueurs de basket !

 

 

 

 

➡️ A tu un conseil à donner aux jeunes basketteurs africains qui veulent faire de ce sport leur métier ?

RB: Pour les jeunes qui veulent se lancer dans le sport et surtout le pratiquer à l’étranger, je leur dirais tout d’abord d’être passionner parce que c’est clairement ce qui nous fait tenir : l’amour du sport ! Ensuite il faut savoir que pour faire du sport ton métier il faut travailler deux fois plus que les autres, avoir la niaque, être dynamique et surtout ne pas lâcher même si c’est difficile.

 

Propos recueillis par Frane sports

Leave a Response

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.