Politique

NIGER : Yacouba Moussa Soumana Cissé nous parle de la lutte contre boko haram

633views

Yacouba Moussa Soumana Cissé est Vice-Président National du Conseil de la Jeunesse du Niger, Ambassadeur des jeunes pour la Paix, Président du réseau Jeunes Sahéliens pour la Paix présent dans tous les pays du G5 Sahel. Sa fonction lui donne l’occasion exceptionnelle d’aller à la rencontre des jeunes du Niger et de prêter une intention particulière à ceux qui n’ont pas toujours l’opportunité d’exprimer leurs préoccupations sur la question de la Paix notamment la prévention et la lutte contre l’extrémisme violent et de la radicalisation des jeunes.

 

Lobamag : Bonjour Mr Cissé. Pour commencer, parlez-nous de votre fonction de Vice-président du CCJ du Niger. Pourquoi cet engagement ?

YMSC : J’ai toujours été un leader depuis mon jeune âge, et être au Conseil National de la Jeunesse du Niger me passionne beaucoup. A la différence d’avant, aujourd’hui, je représente une jeunesse avec qui nous partageons le même souci de grandir, les mêmes projets d’engagement pour le développement du pays, de porter haut les couleurs du Niger, de lutter contre toutes formes de violence venant de quelque part que ça soit ou de qui que ça soit, et enfin le même projet de voir la jeunesse au centre des intérêts de toute politique.

Lobmag : Quelle est votre vision pour la jeunesse africaine ?

YMSC : Cette vison que j’ai pour le Niger, je l’ai de la même manière pour l’Afrique, nous l’avons vu l’Afrique d’aujourd’hui est bien différente de celle des indépendances. Ce changement est dû à la création des instances comme l’UEMOA, la CDEAO. C’est dans cette démarche que récemment mon pays a abrité le Sommet de l’Union Africaine. C’est sur cette lancée que l’Afrique doit persévérer, l’union comme on le dit fait la force et je crois en cette nouvelle génération, à son engagement pour que l’union africaine soit une réalité.

Lobamag : Parlez-nous de boko haram au Niger

YMSC : Le Niger connaît depuis quelques années une crise sécuritaire sans précédent avec les attaques des terroristes de BoKo haram à l’Est, notamment dans la région de Diffa, frontalière avec le Tchad et le Nigeria ; Et des terroristes de l’état Islamique l’ouest notamment de la région de Tillaberi, frontalière avec le Burkina Faso et le Mali. L’adhésion des jeunes à ces groupes est d’ordre socio-économique et parfois même c’est de façon forcée. A Diffa par exemple, ce sont les inondations successives dû aux changements climatiques qui ont entrainé la pauvreté et conduit l’adhésion massive des jeunes à BoKo haram. Notre engagement ici est de renforcer la résilience des jeunes à travers des séances de sensibilisation et la promotion de entrepreneuriat.

Lobamag : Pour finir, quels sont vos projets ?

YMSC : Pour ce qui est des projets, il faut dire qu’il y a plusieurs, parmi lesquels la création  d’emplois à travers l’entrepreneuriat des jeunes qui pour nous est une solution clé. Il faut donner aux populations l’opportunité de faire les affaires. Cela dit soutenir et appuyés les projets des jeunes.

 

Propos recueillis par Erialle L.

Leave a Response

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.