Culture

Kimpazi, une jeunesse qui sait

964views

Kimpazi est une association à but non lucratif fondée en 2019 avec pour mission de lutter contre la délinquance juvénile notamment le phénomène bébé noir, au travers des événements culturels, sportifs, éducatifs, et humanitaires. Son fondateur Ezy Clerval a choisi le nom Kimpazi en référence au mouvement de Kimpa Vita, une jeune fille qui a lutté contre l’impérialisme colonial dans le royaume Kongo au XVIIe siècle. Ce nom a une dimension à la fois historique et symbolique car cela montre comment l’implication des jeunes dans le développement du pays est essentielle pour l’émergence de la société.

Lobamag : Bonjour, s’il te plait Ezy, pourrais-tu te présenter pour les lecteurs ?
ECA : Salut, je m’appelle Ezy Clerval Akoulafoua, je suis de nationalité congolaise, et j’ai 24 ans. Mon père Akoulafoua M’voula Celestin Jean Paul, un chercheur; Et ma mère Akoulafoua M’voula Emilienne, une secrétaire. Je suis le 5e d’une famille de 7 enfants, et j’ai reçu une éducation chrétienne. Je suis détenteur d’un baccalauréat littéraire obtenu au lycée Thomas sankara à Brazzaville, et d’une licence en droit privé. Actuellement étudiant en communication en France où je suis depuis 1 an. Auteur, compositeur, interprète, Je suis un passionné de musique, de sport, d’art et de culture en général.
  
Lobamag : Comment t’es venue l’idée de créer Kimpazi et dans quel but ?
ECA : Cette idée m’est venue de ma propre expérience et de ce que j’ai vu sous d’autres cieux, en effet venant de Mikalou, un quartier populaire de Brazzaville (Congo), où bon nombre de jeunes commençaient à dévier, j’ai réussi grâce à la musique à ne pas me laisser entraîner. J’ai alors remarqué que l’exercice d’activités culturelles, ainsi que la liberté de rêver était un remède. J’ai alors pensé que créer un cadre idéal à cela ne pouvait qu’être bénéfique. Je me suis lancé parce que cela devenait urgent avec la hausse de la criminalité. Je me suis alors dit qu’il était de mon devoir d’agir après tout être hip-hop c’est faire aussi savoir bouger les choses.
Je suis en France mais mon cœur et mon esprit sont au Congo.
Lobamag : Comment comptes-tu atteindre tes objectifs depuis la France ?
ECA : Moi, je suis en France mais mon cœur et mon esprit sont au Congo. Faudrait savoir aussi que Kimpazi ne se résume pas qu’à moi. Ezy est en France mais Kimpazi est au Congo. J’ai la chance de compter sur des membres actifs, passionnés, ayant la même vision que moi. Cela rend tout possible. C’est ça notre force c’est ça KIMPAZI, une culture et une vision avant tout. D’où notre slogan “une jeunesse qui sait“, on sait ce qu’on veut et ce qu’on doit faire.
Lobamag : Que pouvons-nous te souhaiter ?
ECA : Me souhaiter à moi ? On ne s’en sortira pas, j’ai tellement de désires. La santé et le bonheur, ce serait pas mal mais il ne s’agit pas de moi, souhaitons plutôt à notre jeunesse une prise de conscience et à Kimpazi un plus grand nombre d’adhérents et de partenaires pour atteindre nos objectifs.
Propos recueillis par M.

Leave a Response

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.